Figure de style — Amal Jefjef

Lumineuse et douce, Amal Jefjef est une fille qu'on remarque. Son allure d'abord, et sa gentillesse ensuite, dès les premiers mots échangés avec elle. On aime son ouverture d'esprit, sa grâce et bien sûr son style.

Elle a quitté son village toulousain pour Marseille à l’âge de 18 ans. Et après quelques allers et venues en Europe et au Canada, son coeur lui a dicté de rester ici. Lumineuse et douce, Amal Jefjef est une fille qu’on remarque. Son allure d’abord, et sa gentillesse ensuite, dès les premiers mots échangés avec elle. Une fille, naturelle et sensible, qui côtoie le milieu de la mode depuis des années – elle a travaillé pour Carhartt, Kulte et depuis 4 ans pour Jogging. Et qui contribue régulièrement à des mission de stylisme et de set design. On ne tardera pas d’ailleurs à découvrir son talent dans un nouveau projet, mais c’est encore secret… 

On aime son ouverture d’esprit, qui lui a permis de naviguer d’un code à l’autre sans perdre sa personnalité, sa grâce et bien sûr son style. Place donc à son interview « Figure de style » !

– Si tu étais une couleur
Elle se cache entre le rose et le violet. 

 

– Si tu étais un accessoire
Une grande paire de boucles d’oreilles que je chine ou qu’on m’offre. J’en ai toujours une paire de rechange dans mon sac au cas où.

– Un fashion faux-pas
Ça n’existe pas pour moi ! Chacun ses préférences. La confiance en soi avant tout, et quand certains y voient un faux-pas, j’y vois une certaine audace. 

– Une décennie
La nôtre ! J’ai l’impression de croiser chaque jour des références aux années 80, 90, 2000…Avec en plus, la liberté et l’originalité que notre génération apporte. Homme ou femme.

– Si tu étais un personnage de fiction
Madame Chan dans « In the Mood for Love », pour son élégance ultime, sa discrétion. Elle a quelque chose d’hyper sensuel et délicat qui me fascine. Et sa garde robe est JUSTE iconique.  

– Un mega snobisme
J’ai visité beaucoup de milieux, de styles et de personnes différentes. Comme des tribus auxquelles je n’arrivais pas forcément à m’identifier. Mais mon snobisme c’est de malgré tout, m’y sentir comme chez moi, sans forcer. Alors, j’ai créé des liens forts sans faire partie d’un groupe en particulier ou d’un style au fil de ma vie.

– Si tu étais une référence absolue
Sade. Toujours Sade 

 

– Si tu étais un vêtement iconique
Une petite robe d’été ou un costume <3

– Une tenue du dimanche
Rien de compliqué, je vais au plus léger, au plus simple. Une chemise et basta. Sinon un legging, un sweat et des baskets pour aller rider les Calanques ou la Sainte-Victoire.

– Si tu étais une mode passagère
L’idée d’avoir la dernière paire à la mode ne me correspond plus vraiment. j’aime surtout trouver celle avec laquelle je vais être la plus à l’aise, le plus longtemps possible. 

– Une envie tenace
M’ouvrir encore plus dans les domaines qui me stimulent.

– Si tu étais une longue histoire
Celle qui me lie au Maroc..

 

 

Partager:

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Synthés, machines et guitare. Des textes en français. Le multi instrumentiste, connu aussi sous le nom de Charles Sinz, vient...
C'est les pieds très souvent dans l'eau, et la tête pleine d'inspirations qu'Antonin Appaix avance dans le champ musical. Avec...

Ceci est notre album souvenir du 38e Festival international de mode, de photographie et accessoires à Hyères du 12 au...

En plein festival international de mode, de photographie et d'accessoires à Hyères, Magalie Guérin – directrice adjointe à la Villa...
Synthés, machines et guitare. Des textes en français. Le multi instrumentiste, connu aussi sous le nom de Charles Sinz, vient...
Dans ce minuscule repaire de siroteurs, c’est la poésie du cocktail que l’on vient chercher, celui que l’on aime boire...
Ça moud, ça blend, ça torréfie du côté du Camas ! En quatre ans, la brûlerie Moka a su s’imposer...
Cachée derrière le kiosque du haut de la Canebière, voilà une adresse japonisante tout en bouillon, panko, miso et… audace,...
Retour en haut