Wild Disco : un nouveau club ouvre à Marseille

Vous cherchiez un nouvel endroit pour sortir danser ? Mais si possible dans le centre-ville, avec une direction artistique de qualité et un nom qui vous plonge immédiatement dans la chaleur des nuits d’été ? Bougez plus, on a l’adresse qu’il vous faut : le Wild Disco Club. Ouverture vendredi 20 avril ! 

L’ouverture d’un club n’est pas une annonce qui peut passer à la trappe. On sait bien qu’après 2h du matin les nuits marseillaises – excepté la Dame noir, le Cabaret aléatoire et les soirées nomades du collectif Métaphore – n’offrent que très peu de choix à la jeunesse (plus ou moins jeune d’ailleurs…) et surtout un tantinet exigeante. Autre argument non négligeable : la programmation, écrite par Clément des Jardins Suspendus et portée par la direction artistique et la communication de Mathieu Piscone (Animals Industry ou la Banque).

À partir de vendredi, le duo prendra en main les 300 m2 de leur Wild Disco Club idéalement situé entre le Vieux-Port et St Victor. Pour eux, priorité non pas au « DJ qui ramènent », mais plutôt à ceux qui savent faire fusionner une foule de musique : Jacques Renault, Horse Meat Disco, Raphael Top Secret, pour ne citer que trois artistes sur tous ceux qui sont invités à nous faire danser cet été.

Du disco, de l’émotion, des couleurs chatoyantes… Un club discoïde qui brillera de mille facettes pour nous envelopper de son éclat sauvage jusqu’au petit matin.


The Wild Disco Club — Ouverture 20 avril 2018
40 rue du Plan Fourmiguier, 13007 Marseille

Partager:

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Ça moud, ça blend, ça torréfie du côté du Camas ! En quatre ans, la brûlerie Moka a su s’imposer...
Nichée en contrebas du parc Longchamp, la boulangerie Boni a délivré les habitants des 5 Avenues de la baguette industrielle....
Petite remontée dans le temps pour une grande descente sous-marine avec Matthieu Mas qui nous raconte l'improbable histoire du téléscaphe,...
Avant il y avait le Chic Bar, aujourd'hui il y a Fare l'Amore. Clairement, cet angle de rue était prédestiné...
Synthés, machines et guitare. Des textes en français. Le multi instrumentiste, connu aussi sous le nom de Charles Sinz, vient...
Dans ce minuscule repaire de siroteurs, c’est la poésie du cocktail que l’on vient chercher, celui que l’on aime boire...
Ça moud, ça blend, ça torréfie du côté du Camas ! En quatre ans, la brûlerie Moka a su s’imposer...
Cachée derrière le kiosque du haut de la Canebière, voilà une adresse japonisante tout en bouillon, panko, miso et… audace,...
Retour en haut