Rencontre avec l’artiste et céramiste Zineb Mezzour

Zineb Mezzour est une artiste suisse-marocaine installée à Marseille. La jeune femme nous reçoit dans son atelier dans le studio de création Pièce à Part. Elle papillonne d'un espace à l'autre, nous raconte sa façon de créer, d'évoluer dans le milieu artistique marseillais. Elle virevolte littéralement et la grâce opère.

Zineb Mezzour est une artiste suisse-marocaine installée à Marseille. C’est chez Pièce à Part – le studio de création d’Emmanuelle Oddo – que nous avons découvert ses œuvres et son atelier. La jeune femme nous reçoit dans son atelier, papillonne d’un espace à l’autre, nous raconte sa façon de créer, d’évoluer dans le milieu artistique marseillais. Elle virevolte littéralement et la grâce opère. Voici son interview :

– Clara : Ton manifesto est une déclaration d’amour à l’eau, à la mer. Est-ce ta principale source d’inspiration ?
– Zineb : En plein confinement à Amsterdam, mon Manifesto est apparu de manière très spontanée sur mon carnet. À sa lecture, je me suis aperçue de mon attachement à l’élément eau et de son effet guérisseur sur moi. Depuis ce moment, l’eau est devenu un élément central de ma pratique. Au-delà de la mer, ma pratique se concentre sur le mouvement de l’eau dans son ensemble. Les cellules à dendrites qu’on observe sur mes œuvres en sont une des nombreuses manifestations.
L’eau est le composant premier de la Vie, mon travail est une ode à cet élément et à la Nature qui l’entoure.

– C. : Céramique, peinture, art digital… Comment traduis-tu ce rapport à la nature dans tes créations ?
– Z. : Sur papier, en céramique ou en photographie, je laisse mes mains et mon intuition guider ma création pour créer des formes organiques au plus proche de la Nature. Certaines œuvres évoquent des arbres, des coraux, des méduses… Le processus de création des cellules à dendrites est également naturel : c’est à la suite d’une réaction physico-chimique entre l’encre (ou l’oxyde en céramique) et l’eau, que la propagation s’opère. Ce symbole de type fractal est observable en milieu naturel comme le lichen sur des roches par exemple.

– C. : C’est comment d’être une femme artiste à Marseille ?
– Z. : Cela fait un an et demi que je suis à Marseille et que j’apprécie ma vie d’artiste dans la région. Je ressens une énergie créative et d’entraide très positive. Marseille accueille aussi beaucoup de créatifs inspirants, au parcours unique, et c’est assez agréable. 

– C. :Tu as une adresse préférée à partager ?
– Z. : L’adresse culturelle incontournable est la Vieille Charité dans le Panier. C’est un magnifique bâtiment de 1670 qui servait d’hospice. On y trouve plusieurs expositions anthropologiques permanentes qui valent le détour, ma préférée étant celle sur l’Egypte. Les expositions temporaires d’art sont également intéressantes. La dernière en date présentait l’univers coloré et avant-gardiste de l’artiste Baya.

https://www.zinebmezzour.com/home

Partager:

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Vous connaissez les smash burgers ? Ces hamburgers qui, si on n'en croit la traduction littérale, nous mettent une bonne...
Du printemps 2024 à l’automne 2026, le bateau-musée de la Fondation Art Explora voyagera dans 15 pays en Méditerranée. Prochaine...
L’aventurier-ère qui sommeille en vous frissonne à l’idée de découvrir de nouveaux lieux cachés à Marseille. Un bar, une galerie,...
S’il y a bien un bistrot qui fait vibrer le boulevard Chave, c’est celui du numéro 139 ! Ici on...
Vous connaissez les smash burgers ? Ces hamburgers qui, si on n'en croit la traduction littérale, nous mettent une bonne...
Du printemps 2024 à l’automne 2026, le bateau-musée de la Fondation Art Explora voyagera dans 15 pays en Méditerranée. Prochaine...
L’aventurier-ère qui sommeille en vous frissonne à l’idée de découvrir de nouveaux lieux cachés à Marseille. Un bar, une galerie,...
S’il y a bien un bistrot qui fait vibrer le boulevard Chave, c’est celui du numéro 139 ! Ici on...
Retour en haut