Nico et Jean-Louis à bord du Noctilio 2021

L’interview très iodée de Nicolas Capron à bord du Noctilio

Si vous nous suivez depuis quelques temps, vous savez que nous avons un vrai crush pour le Noctilio. Après de nombreuses soirées organisées à bord, et alors que le bateau démarre une nouvelle saison estivale avec une programmation 100% en mer, il est temps de se poser avec la personne qui nous a ouvert les portes de cette aventure: Nicolas Capron. Quelques questions pour connaitre ses inspirations – celles du début et celles d'aujourd'hui.

Si vous nous suivez depuis quelques temps, vous savez que nous avons un vrai crush pour le Noctilio. Après de nombreuses soirées organisées à bord, et alors que le bateau démarre une nouvelle saison estivale avec une programmation 100% en mer, il est temps de se poser avec la personne qui nous a ouvert les portes de cette aventure: Nicolas Capron. Quelques questions pour connaitre ses inspirations – celles du début et celles d’aujourd’hui.

Une interview qui annonce la couleur d’un été iodé et très rafraîchissant ! 

Une croisière à bord du Noctilio à Marseille ©Les Marseillaises
Une croisière à bord du Noctilio à Marseille ©Les Marseillaises

– Le Noctilio et toi c’est une histoire qui dure depuis maintenant 7 ans. Que faisais-tu avant et comment t’es-tu lié à ce bateau ?

J’ai eu la chance de rencontrer Jean-Louis, l’auteur du Noctilio, et sa fille Roxane il y a 7 ans. À l’époque, avec Christian Qui, on voulait créer un lieu cool à Marseille. J’avais créé la marque Semis et j’avais une boutique à la Cité Radieuse et une autre dans le Marais à Paris. Et Christian avait sa table d’hôtes Sushi Qui à Marseille. Il était précurseur du mouvement Slowfood. Après un séjour en Indonésie où le cool se mélangeait au sérieux avec une sorte de liberté de penser, et où la bonne qualité de la cuisine se retrouvait dans des endroits pas forcément destinés à de la restauration, j’ai eu envie de créer la même chose à Marseille. Avec Christian, on partageait l’envie d’être libre d’occuper des espaces qui sortent de l’ordinaire. Quand on a découvert le Noctilio, c’était une évidence que la nature et la mer serait une immense source de plaisir et d’inspiration. De l’emplacement privilégié du bateau amarré au pied du Fort Saint Jean, jusqu’à la façon dont il a été refait dans les années 70 par Jean-Louis, tout était déjà une véritable poésie. Et l’esthétique unique qui en découle m’a sauté aux yeux. Dès le début, j’ai compris que ce serait très agréable d’utiliser cet environnement et qu’il fallait faire ressortir toute la beauté du Noctilio avec une proposition à la hauteur de son histoire et du génie créatif de son auteur.

© Bastien Lattenzio
© Bastien Lattenzio

– Comment passe-t-on de styliste à marin ?

J’ai passé mon enfance en Méditerranée à pratiquer la chasse sous-marine et le camping sauvage avec mon père. Mon envie de venir vivre à Marseille, il y a une vingtaine d’années, est né de cet amour de la Méditerranée. La mer a toujours fait partie de ma vie et de mon travail. Même quand j’étais styliste, une grande partie de mes collections s’en inspiraient. Le Noctilio m’a permis d’utiliser les savoir-faire que j’avais appris en grandissant. Toutes les facettes de ma personnalité ont pu s’exprimer. La seule chose qui me manquait était de professionnaliser la partie navigation, ce que j’ai fait en suivant une formation. Et j’ai aimé l’état d’esprit de Jean Louis et de sa fille Roxane. Tout le monde participe sans frimer et sans tomber dans le côté parfois trop rigide de la marine. Jean-Louis est un hédoniste mais aussi un grand artisan. Il a vécu avec sa femme Diane et ses enfants pendant des années sur le bateau. Roxane, en plus d’avoir grandi sur le pont, est une sportive de haut niveau dans les sports équestres. Je ne pouvais pas trouver de meilleure famille d’accueil pour devenir marin.

– À quoi ressemble une croisière à bord du Noctilio ?

Ce qui m’intéresse le plus lorsqu’on est en croisière, c’est la liberté. Les personnes qui réservent une sortie en mer, sont très souvent là pour fêter quelque chose. Et j’aime qu’ils puissent trouver ce qu’ils viennent chercher. Une fois le bateau privatisé, les personnes sont libres de préparer eux-même la cuisine ou de nous confier cette partie. Le plus petit format de croisière et le plus classique, c’est une sortie de 18h30 à 22h à destination du Frioul ou de la Côte bleue. En quelques heures, on profite d’une courte navigation, du coucher de soleil, d’un bain iodé et d’un super repas avant de rentrer sous les étoiles. C’est aussi possible de réserver une croisière plus longue, de partir un week-end ou plus, à la Ciotat, à Cassis, aux Baléares… On a toute la Méditerranée comme terrain de jeu.

©Bastien Lattanzio

– Le bar sur la mer a connu un grand succès mais tu préfères te consacrer pleinement aux croisières, tu nous expliques ?

Ça a été un truc super et très positif de voir autant de gens faire la fête sur le Noctilio. Ça fait beaucoup de sourires et de joie à bord. Et c’était un plaisir d’accueillir des gens qui parfois n’étaient jamais montés sur un bateau. De voir les touristes et les Marseillais ensemble. On a partagé tout ça. Maintenant, j’aimerais me rapprocher de mes premières amours : l’apnée, le yoga… Mettre l’accent sur un autre art de vivre plus axé sur le bien-être. Ce qui, bien sûr, n’est pas incompatible avec la fête. Mais passer un moment sur le bateau pour partir en mer c’est autre chose. C’est prendre conscience que, pour se faire du bien, il faut aussi respecter les éléments naturels qui nous entourent. Et l’expérience en mer à bord du Noctilio est exceptionnelle.

Le bain en pleine mer ©Les Marseillaises
Le bain en pleine mer ©Clara Sfadj

– Qu’est-ce qui rend cette expérience si particulière d’après toi ?

C’est de se sentir à l’aise, et pour ça il faut de la décontraction. Au sein de l’équipage mais aussi dans la structure même du bateau.
Ce côté « effortless » fait partie de l’âme du bateau qui a connu une seconde naissance dans les années 70 quand il s’est retrouvé entre les mains de Jean-Louis et de Diane. Ils étaient jeunes, un peu hippies, avec beaucoup de caractère. Assez pour vivre sur le bateau pendant plusieurs années avec de jeunes enfants. Cette simplicité dans la façon de vivre devrait être l’aspiration de toute croisière.
Se baigner autour du bateau, revenir manger du poisson grillé les cheveux encore mouillés et boire une anisette devant le coucher de soleil. Ce sont des moments rares d’autant plus à bord d’un aussi grand bateau. C’est suffisamment simple pour être fort.

Poissons grillées à bord du Noctilio ©LesMarseillaises
Poissons grillées à bord du Noctilio ©Clara Sfadj

– Quelles sont les nouveautés de cette saison ?

D’ouvrir le champ, pas seulement aux privés ou aux entreprises, mais à d’autres personnes qui ont leur propre communauté et qui amènent leur vision. De collaborer pour le vin nature avec Ivresse, pour les sessions d’apnée avec Morgan Bourc’his – il a été 3 fois champion du monde et il vit à Marseille –, la possibilité de faire du yoga avec Ozyo avec une première date le 14 mai. On réfléchit aussi à proposer des initiations à la voile sur vieux gréement. J’ai appris avec mon ami Alexandre Thumerelle (Ofr. Paris) que pour réussir une programmation il fallait en être fier. C’est ce que nous nous appliquons à faire depuis 7 ans.

© Clara Sfadj

Site web du Noctilio
Suivez le Noctilio sur Instagram

Retrouvez-nous vendredi 2 juin pour une croisière en petit comité à bord du Noctilio !
> + infos ici

Partager:

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Ça moud, ça blend, ça torréfie du côté du Camas ! En quatre ans, la brûlerie Moka a su s’imposer...
Nichée en contrebas du parc Longchamp, la boulangerie Boni a délivré les habitants des 5 Avenues de la baguette industrielle....
Petite remontée dans le temps pour une grande descente sous-marine avec Matthieu Mas qui nous raconte l'improbable histoire du téléscaphe,...
Elle a rejoint l'équipe des Théâtres en 2008, et depuis, Marie-Julie Amblard accompagne les artistes, reçoit les publics, coordonne les...
Synthés, machines et guitare. Des textes en français. Le multi instrumentiste, connu aussi sous le nom de Charles Sinz, vient...
Dans ce minuscule repaire de siroteurs, c’est la poésie du cocktail que l’on vient chercher, celui que l’on aime boire...
Ça moud, ça blend, ça torréfie du côté du Camas ! En quatre ans, la brûlerie Moka a su s’imposer...
Cachée derrière le kiosque du haut de la Canebière, voilà une adresse japonisante tout en bouillon, panko, miso et… audace,...
Retour en haut