À la recherche du grand air: notre guide des balades autour de Marseille

Depuis plusieurs années, nous arpentons les sentiers du pourtour marseillais. Un terrain de jeu sans limite et une chance inouïe à portée de jambes pour découvrir la beauté des paysages à quelques encablures de la cité. Nuances d'émeraude et turquoise vive, senteur de pin en perpétuelle mutation… On vous fait le topo sur les dernières randos qui nous ont fait respirer.

Avant toute chose, il est important de rappeler les règles de base. Cela peut sembler rébarbatif ou même ridicule pour les plus aguerri·e·s, mais il ne faut pas oublier qu’une randonnée, aussi courte soit-elle, s’organise correctement. Retrouvez, à la fin de l’article, notre récap’ très utile avant toute randonnée. Et maintenant, place à notre sélection :

1. Le Pas de la Demi-Lune

Sans conteste notre balade préférée, et ce n’est pas uniquement pour son nom hyper poétique. Elle n’est pas très longue avec moins de 6 km, et se fait en 3 heures environ, mais les sentiers que cet itinéraire arpente n’en sont pas moins impressionnants. Florilège de points de vue avec tantôt l’horizon sur Marseille, tantôt la côte Sud où l’on peut voir jusqu’à Six-Fours par beau temps, cette balade offre de multiples panoramas qui se dévoilent par certains passages parfois techniques, dans lesquels on devra mettre les mains. Le point d’orgue de cette rando ? Ce fameux pas de la demi-lune qui invite à s’arrêter quelques instants, pour profiter du spectacle saisissant. Parfois vertigineuse, nous ne recommandons pas de la faire avec des enfants ou avec des animaux de compagnie.  

🥾 Environ 6 km
💪 Difficulté moyenne, avec des passages vertigineux
⏰ 3h15
📍 Départ de la Calanque des trous
🔗 Retrouvez l’itinéraire sur Visorando

2. La Côte Bleue

Toutes les raisons sont bonnes pour prendre le train de la Côte Bleue au départ de la Joliette vers Niolon. Comme un sas de détente avant de démarrer cette balade entre pins et garrigue, on n’hésite pas à contempler le paysage par la fenêtre (mettez-vous sur les sièges de gauche), pour se rappeler toutes les raisons pour lesquelles on est chanceux·se·s de vivre ici !
Une fois arrivé·e·s à Niolon, on résiste à l’envie de s’immerger tout de suite dans les eaux cristallines pour démarrer la randonnée. Celle-ci sera jalonnée de mini-criques isolées, parfaites pour un plouf loin des zones les plus fréquentées, avec des points de vue à couper le souffle sur les îles du Frioul. Une randonnée pas trop compliquée qu’il est possible de réduire de moitié en ne faisant que la première demi-boucle, avec quelques passages délicats pour les personnes peu rompues à l’exercice.

🥾 Environ 12 km, possible de la raccourcir de moitié en ne faisant que la première demi-boucle
💪 Difficulté moyenne
⏰ 5h00
📍 Départ de Niolon 
🔗 Retrouvez l’itinéraire sur Visorando

3. Les calanques de Sugiton et de Morgiou

Bien connues des Marseillais·e·s, Sugiton et Morgiou font partie des calanques régulièrement visitées car facilement accessibles. Ce sentier – plus si secret – vous permet d’aller de l’une à l’autre par des chemins plutôt escarpés, avec passage d’une échelle et descente d’une façade rocheuse assez raide. Une belle manière de redécouvrir ces calanques, avec la possibilité de se trouver des petits coins accueillants pour pique-nique ombragé et baignades méritées. Pour l’avoir fait plusieurs fois, on aime bien varier les plaisirs, et parfois remonter vers Luminy en empruntant le balisage jaune pointillé, une façon d’éviter la route et d’observer une dernière fois le panorama magique sur le Cap Morgiou.

🥾 Environ 8 km
💪 Difficulté moyenne, quelques passages assez raides avec les mains
⏰ 3h00
📍 Départ depuis Luminy, en face de l’école des Beaux Arts de Marseille
🔗 Retrouvez l’itinéraire sur Visorando

4. La Crète de Morgiou

Une très belle randonnée, qui permet de découvrir de magnifiques points de vue depuis la crête de Morgiou, notamment sur la calanque de Sormiou ou la grande Candelle. Une certaine condition physique est nécessaire pour pouvoir passer les pierriers glissants ou le passage délicat avec une chaîne, et remonter la flopée de marches qui permettent de retourner vers le point de départ. Si l’énergie est là, on vous conseille de pousser un petit peu pour accéder au Cap Morgiou, afin de découvrir ces falaises impressionnantes qui tombent à pic dans l’eau, comme si on les avait tracé à la règle.

🥾 Environ 11 km
💪 Difficulté moyenne
⏰ 4h00
📍 Départ depuis Luminy, du parking de l’école de commerce Kedge
🔗 Retrouvez l’itinéraire sur Visorando

5. L’Escu par Callelongue et le bois des Walkyries

Une randonnée juste époustouflante mais attention, nous recommandons uniquement aux plus aventurier·e·s de s’y pencher ! En effet, le vertige n’est absolument pas compatible, puisque se succèdent de multiples passages où il est nécessaire d’escalader, avec présence de couloirs aériens, obligations de se coller aux parois, et sentiers parfois mal sécurisés. Cette randonnée offre des passages mémorables qui se méritent, aux noms évocateurs comme le cirque des Walkyries, le col de la Galinette ou le plateau de l’homme mort. Sur cet itinéraire, la concentration est de mise, car les directions ne sont pas toujours faciles à repérer, et les erreurs de parcours sont probables. Cela n’empêche, c’est l’une des randonnées les plus exceptionnelles qui nous a été donné d’arpenter, avec des points de vue et des sensations inégalés.

🥾 Environ 12km
💪 Niveau difficile 
⏰ 5h30
📍 Départ de Callelongue 
🔗 Retrouvez l’itinéraire sur Visorando

Le fameux récap’ utile :

  • Prendre de l’eau c’est E-SSEN-TIEL ! Alors on ne lésine pas sur la quantité : 1,5 litres par personne, c’est le strict minimum. Et si l’on part pendant des périodes de fortes chaleurs, on double la dose. On n’oublie pas non plus quelques snacks sucrés et plein d’énergie pour se récompenser après une belle grimpette, et un pique-niques de qualité si l’on part pour la journée.
  • On se chausse correctement. Et oui, dans les calanques les claquettes-chaussettes c’est franchement déconseillé. Les pierres sont fatiguées, elles glissent, et cela devient un calvaire si l’on a des chaussures lisses ! Alors on s’équipe, si possible avec des chaussures bien cramponnées qui maintiennent nos chevilles.
  • Dans les espaces naturels, on est respectueux·se, c’est-à-dire : on ne cueille pas, on ne sort pas des sentiers balisés, on ne laisse évidemment aucun déchet (même organique !), et l’on ramasse dans la mesure du possible les trucs dégueux laissés par les moins éduqué·e·s (poke @1 déchet par jour et @Clean My Calanques)
  • Avant de partir, on se renseigne sur la météo, et notamment le sens du vent. En fonction de celui-ci, certains tracés seront bien plus agréables que d’autres, les calanques peuvent notamment être de très bons refuges en cas de mistral !
  • Enfin, on prend connaissance de l’itinéraire en amont, et l’on essaie de télécharger les tracés avant de partir. Notre petit chouchou pour repérer des sentiers, c’est Visorando. Mais vous pouvez aussi trouver plein d’infos et de parcours sur Komoot, ou sur la carte interactive des randonnées du site du Parc National des Calanques.

Partager:

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Longtemps, le monde de la mie et des miettes à Marseille fut tristoune, saupoudré de levure chimique et peuplé de...
Ça moud, ça blend, ça torréfie du côté du Camas ! En quatre ans, la brûlerie Moka a su s’imposer...
Nichée en contrebas du parc Longchamp, la boulangerie Boni a délivré les habitants des 5 Avenues de la baguette industrielle....
Petite remontée dans le temps pour une grande descente sous-marine avec Matthieu Mas qui nous raconte l'improbable histoire du téléscaphe,...
Longtemps, le monde de la mie et des miettes à Marseille fut tristoune, saupoudré de levure chimique et peuplé de...
Quand on salive un apéro viandard arrosé de vins bien faits, c’est le nom de Carnage qui nous revient sans...
Si Marseille était une couleur, ce serait le jaune. Couleur soleil, couleur chaine en or qui brille. Vendredi 19 avril,...
Synthés, machines et guitare. Des textes en français. Le multi instrumentiste, connu aussi sous le nom de Charles Sinz, vient...
Retour en haut